Gustave Jeanneret commente « L’Internationale » dans une lettre à James Guillaume (1905)

cimg5848Lettre conservée aux Archives de l’État de Neuchâtel, fonds James Guillaume, cote 81.3. La cote 81 contient douze pièces de correspondance que Gustave Jeanneret a adressées à James Guillaume entre 1905 et 1916.

Dans son article intitulé « La correspondance du peinte Gustave Jeanneret » publié dans Le mouvement social (mai-juin 1965, nº51), Marc Vuilleumier définit ainsi les relations entre les deux hommes :

« Jusqu’à la mort de James Guillaume, aucun nuage ne vint troubler la profonde amitié du peintre et de l’historien qui, chaque année, lorsqu’il venait en Suisse, ne manquait pas de rendre visite à Jeanneret, en sa maison de Cressier. »

Voici le contenu de cette lettre :

« Cressier le 28 novembre 1905

Cher James,

Je suis bien retard pour te dire le plaisir que j’ai eu à lire tes documents et souvenirs. J’y ai retrouvé tant de choses enfouies dans les brumes de ma mémoire ! Et je me demande comment la tienne, si documentée fût-elle, a pu suffire à cette tâche.

Les premiers chapitres sont très empoignants. Tes souvenirs du Congrès de la Paix sont extrêmement vivants[1] et la grande figure de Garibaldi surgit en des attitudes si justes et en des moments si palpitants que le tableau prend corps et ne peut plus être oublié, le discours, la réplique de Dupont, l’attitude que prend Garibaldi et les différentes formes de ses impressions et de celles de son public ne peuvent plus s’effacer. Je voudrais que cette belle faculté

[Écrit à la verticale sur la première page de la lettre : « As tu lu apropos (sic) des deux France de Scippel, l’art. de Buisson qui a paru dans la Semaine littéraire]

de peindre, avec une si grande concision et une si belle fermeté soit employée plus souvent dans ce volume. Les principaux faits de ton livre se passent autour de plusieurs figures de premier plan, mais toutes n’ont pas le même relief. Pour Backounine (sic) par exemple, l’image de sa pensée se fait à chaque page plus précise, par les citations, mais on voudrait y ajouter quelque chose de physique et de moral tout à la fois, qui donne l’idée du bon et terrible géant qui chantait le ça ira comme un barbare, de l’ogre qui semblait toujours devoir couper en quatre tous les petits poucets de la fédération et les manger tous crus entre deux tasses de thé et d’innombrables cigarettes.

La figure idéale de Varlin, ce martyr, que nous n’avions jamais vu, nous les profanes mais que nous voudrions mieux connaître, voudrait aussi être peinte. Ne pourrais-tu nous faire quelque part un Varlin en chair et en os. Trois mots t’ont suffi donner à Eccarius « la vie, le mouvement et l’être » comme disait le catéchisme. Les cheveux longs sur la figure, son flegme et le chapeau qu’il ramasse en faisant son discours, voilà de quoi nous laisser dans l’esprit un portrait très vivant et qui restera.

Je vois que ta manière d’historien, en ce qui concerne les fait est plutôt impersonnelle et te porte à donner le document et non pas le commentaire. Il y a dans la forme dont tu te sers trop de preuves à l’appui pour ne pas inspirer une confiance absolue au lecteur, mais le travail qu’il lui reste à faire pour classer les idées et les dégager des faits est assez laborieux.

Pour ceux qui ont vécu ces faits, il y a un intérêt très grand à passer de la vie locale à la vie générale et des faits et idées particulière à leur application à la vie internationale. On voit éclore dans ce petit milieu jurassien des choses qui dès lors ont fait du chemin. Il suffit pour s’en convaincre de penser à la Révolution russe actuellement en cours et à l’organisation corporative des grèves qui l’ont fait aboutir même parmi les producteurs purement intellectuels. La démonstration est saisissante.

Mais ceux qui ignorent ces faits auront une tendance à aller aux résultats et à voir l’ensemble désencombré, pour le saisir plus rapidement et cela limitera le public qui te lira à un certain nombre de chercheurs qui veulent avoir en main tous les éléments de la preuve.

Au reste, elle surabonde partout et des masses d’idées générales peuvent se dégager des faits qu’elle renferme.

Quant à toi, mon cher ami, dont ceci est la vie et l’honneur, il se dégage de ta forme et de ton fond un tel souci de vérité qu’on ne peut s’empêcher d’en rapporter l’hommage à l’auteur, je te le dis bien sincèrement et de tout cœur.

Ton dévoué G. Jeanneret »

 

[1] Dans ses Annales rédigées en 1916 (AEN, fonds de la famille George-Émile Guillaume), Guillaume mentionne pour la première fois celle avec qui il se maria en 1869 : « Le dimanche 8 sept., à la gare de Morges, Élise Golay avait présenté un bouquet à Garibaldi. »


Une réflexion au sujet de « Gustave Jeanneret commente « L’Internationale » dans une lettre à James Guillaume (1905) »

  1. Ping : Perpétuer la mémoire de James Guillaume (1916-1931) | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *