Ferdinand Buisson provoque le départ anticipé de James Guillaume pour Paris (1878)

cimg5761

cimg5762

cimg5763Lettre non datée de Ferdinand Buisson, AEN, fonds James Guillaume, cote 75.9 (ancienne cote : carton 3, liasse 3/IV). Cette lettre fait référence à la rédaction d’articles du Dictionnaire de pédagogie ainsi qu’au départ prochain de Guillaume pour Paris :

« Mon cher monsieur. Votre article autriche me paraît pouvoir aller. J’aurais besoin de savoir

1º si définitvt vous venez ou non à Paris

2º dans le cas où vous viendriez, si vous êtes disposé à me faire une part large ou étroite de votre temps, en vue des travaux du Dictionnaire. Si oui, je compterai sur vous et nous aurons à convenir de ce que je pourrais vous offrir et des comptes que nous avons à régler – Sinon, je chercherai quelqu’un pour les travaux que j’ai en vue, correction des épreuves, révisions de manuscrits, dépouillements bibliographiques, et rédaction d’un certain nombre d’articles pour la IIe Partie. Dans tous les cas, je compte toujours sur vous pour achever la législation, et si vous êtes disposé à faire ici qqs travaux de librairie et de traduction, je me ferai un plaisir de vous y aider, notamt pendant l’Exposition si vous arrivez à temps.

Un mot de réponse obligera bien, votre dévoué. F. Buisson.

J’ai quelques documents à vous envoyer, mais cela n’en vaut pas la peine si vous devez venir prochaint. »

La première partie du Dictionnaire de pédagogie comporte un article « Autriche » non signé alors que celui de la seconde partie est signé G. Meissas. D’après les informations réunies par Patrick Dubois, cet article est paru dans la 9e livraison, datée du 25 mai 1878. James Guillaume était parti pour Paris le 1er mai, ce qui correspond avec l’ouverture de l’Exposition universelle mentionnée par Buisson.

Il est intéressant de croiser cette lettre avec celles envoyées par Guillaume à sa femme en 1877 depuis la prison de Courtelary (il est alors condamné à 40 jours de prison) et qui sont conservées aux AEN (fonds de la famille Georges-Émile Guillaume, cote I/5). Nous savons en effet par les témoignages de Ferdinand Buisson et de James Guillaume lui-même que ce dernier avait commencé à travailler pour le Dictionnaire en 1877. Une lettre du 8 octobre 1877 à Élise Golay fait justement référence aux « comptes » dont parle Buisson dans sa lettre :

« Ma chère Elise,

Nous voici à lundi, et je n’ai pas encore reçu de lettre de toi. Ce retard vient peut-être de ce que les lettres passent par Sonvillier ; c’est gênant, et je crois que tu pourrais m’écrire directement à cette adresse : James Guillaume, Courtelary. On n’ouvre pas les lettres.

Veuillez le plus vite possible, aller à la maison pour faire la commission que voici : cherche dans ma chambre, sur un des petits tablars carrés près de la fenêtre, mon agenda-éphéméride pour 1877 (un grand livre-carnet allongé). Dans les derniers feuillets, tu trouveras plusieurs comptes, entr’autres celui de M. Humbert et de M. Buisson. Quand tu auras trouvé le compte Buisson, copie-le exactement sur un papier ; il ne contient que des postes pour ports, achats de papiers, etc ; le compte de mes articles, je l’ai ici. M. Buisson me demande de lui envoyer la note des dépenses que j’ai faites pour lui jusqu’à présent, et il faut que je lui envoie sans tarder. Ainsi, expédie-moi au plus vite la copie de ce compte. Je continue à me trouver bien ; j’ai fait installer aujourd’hui 2 tablars dans ma chambre pour mes livres et mes papiers, et je suis tout content de les voir enfin en ordre. Je travaille tant que je peux, et ma santé est très bonne. »

Voici la conclusion de la lettre qui évoque son travail pour Buisson : « Adieu, ma chérie ; je t’embrasse tendrement ainsi que Mimi ; voici la nuit ; je vais allumer ma lampe, et reprendre mon dictionnaire. Mes amitiés à tous. »

Dans sa lettre écrite le lendemain (9 octobre 1877), Guillaume précise ses conditions de travail sur le Dictionnaire :

« Hier le président du tribunal, le procureur d’arrondissement et quelques autres personnes sont venus nous rendre visite […]. J’ai causé avec ces Messieurs d’un point qui m’embarrassait, Buisson vient de me demander une notice historique sur Alphonse le Sage, et je dois y parler d’un vieux recueil de lois castillanes, le livre de Las Partidas : j’ai demandé où je pouvais trouver des ouvrages où je puisse me renseigner. L’avocat Wilmot et le procureur Frêne se sont empressés de mettre à ma disposition le peu de livres qu’ils possèdent ; et bien mieux, M. Frêne m’a dit : « Venez demain matin à 11 heures chez moi prendre le vermouth, je vous ferai voir ma bibliothèque » – J’ai dit en riant : « Mais je suis prisonnier. » – « Et moi je suis procureur, et j’ai le droit de vous citer à comparaître chez moi. Du reste, j’invite aussi le geôlier, il prendra le vermouth avec nous, et ainsi les formes seront sauvées. » – J’ai accepté, et je vais y aller tout à l’heure ; je mettrai moi-même cette lettre à la poste en partant. »

L’article « Alphonse le Sage » est publié dans la Première partie du Dictionnaire. D’après Patrick Dubois, il paraît dans la 2ème livraison du Dictionnaire datée du 16 février 1878, alors que Guillaume est toujours en Suisse. Guillaume y fait référence à ses recherches menées à la prison de Courtelary :

alphonse-le-sageDans une autre lettre de prison, datée du 18 octobre suivant, Guillaume évoque de nouveau son travail pour le dictionnaire :

« Je bûche de mon mieux ; mais cette besogne Buisson est véritablement ingrate ; je peux y perdre de longues heures sans avoir rien produit, et d’autres fois, quand j’ai passé une journée à écrire de longs articles, je suis tourmenté de l’idée que ce n’est pas rédigé comme on le voudrait, qu’on me biffera ça et que j’aurai perdu ma peine. Combien j’aimerais mieux avoir à faire une traduction ! M. Humbert ne m’a encore rien envoyé, mais ça viendra – Je ne renonce pas à mon idée d’aller à Paris, tout au contraire ; plus j’examine la question, plus je vois que c’est le seul parti à prendre. »

Par une lettre du 31 octobre, James Guillaume décrit ses activités intellectuelles en prison :

« Je trouve les journées trop courtes pour toutes mes occupations : dictionnaire pédagogique et géographique, étude du russe, rédaction du Bulletin, correspondance, visites, etc. »

Dans cette même lettre à Élise, il explique qu’il a chargé son frère Edouard de parler à Buisson de son projet de s’établir à Paris ce qui permet de dater la lettre de Ferdinand Buisson ci-dessus de la période octobre 1877-mai 1878.

Le 7 novembre suivant, il évoque de nouveau son travail pour le dictionnaire pour s’en plaindre :

« M. Buisson m’envoie presque chaque jour de nouveaux livres en toute langue ; j’en ai maintenant plus que je n’en avais apporté ici. La besogne que je fais pour lui me paraît de plus en plus aride et embêtante ; je me réjouis bien d’avoir autre chose à faire. M. Aimé Humbert m’a envoyé une traduction : je l’ai faite hier, en un seul jour ; ça m’a fait une journée de 25 f. ; j’en ai encore une autre à faire pour lui, un peu plus longue, mais pour le moment il me manque un journal qu’il doit m’envoyer. »

Ferdinand Buisson évoquait dans sa lettre des propositions d’emploi qui sont détaillées dans une lettre de Paris, du 3 mai 1878 :

« Ma chérie – Je sors de chez M. Buisson. Ses propositions, sans être brillantes, sont acceptables. J’aurai d’abord mon travail ordinaire, celui que j’ai fait jusqu’à présent, se payant à la page ; et il sera plus abondant ; j’en aurai à faire, à ce que j’estime, au moins pour 100 ff par mois. En 2e ligne, il me propose divers travaux (aussi pour le Dictionnaire), qu’on ne peut pas payer à la page, et qui exigeront de moi des visites fréquentes à la Bibliothèque nationale, ainsi qu’à l’Exposition où j’aurai pour cela une entrée au besoin : il est convenu qu’à ce travail-là, je consacrerai en moyenne deux heures par jour ; pour cela je recevrai 100 fr par mois, payables chaque mois. De plus, il me procurera des travaux chez les Hachette. Il m’a dit, par ex., que M. Zeller, l’historien, cherchait quelqu’un pour faire des recherches pour lui à la Bibliothèque ; et si ce quelqu’un n’est pas déjà trouvé, ce sera moi. – Cela me prendrait peut-être 1 heure par jour (à ajouter à celles que je passerai à la Bibliothèque pour Buisson), et me vaudrait une centaine de ff par mois. – Si je n’ai pas ce travail-là, il m’en trouvera quelque autre. D’ailleurs, j’ai mon travail pour Londres ; et celui-là m’occupera 2 ou 3 mois, encore. En somme l’affaire marchera. »

Il ne pouvait différer plus longtemps son départ pour Paris malgré le procès Costa car il fut chargé par Buisson d’aller visiter l’exposition universelle (lettre à sa femme du 10 mai 1878, AEN) : « Quand j’irai à l’exposition, ce sera pour prendre des notes sur l’organisation scolaire de certains pays, tels que l’Australie, par ex. – Mais on ne m’en a pas encore reparlé. »

Dans son ouvrage Ferdinand Buisson. Père de l’école laïque (Labor et Fides, octobre 2016), Patrick Cabanel donne des renseignements sur ce travail de Guillaume en rapport avec l’Exposition de 1878 (p. 111). Il a en effet traduit les devoirs d’écoliers étrangers recueillis lors de l’exposition. La note 117 p. 427 précise : « Il traduit les devoirs en provenance de : Portugal, Espagne, Hongrie, Luxembourg, Italie, Suisse, Canada et États-Unis, à l’exclusion de ceux du Japon… » La note 118 p. 427 précise que ce travail fut publié en 1879 sous le titre Devoirs d’écoliers étrangers recueillis à l’Exposition universelle de Paris, Paris, Hachette, numérisé sur Archive.org. En voici un extrait de la préface :

devoirs-etrangersGuillaume a traduit les exercices hongrois qui étaient rédigés en allemand uniquement.

 

 


Une réflexion au sujet de « Ferdinand Buisson provoque le départ anticipé de James Guillaume pour Paris (1878) »

  1. Ping : James Guillaume, traducteur pour Ferdinand Buisson | James Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *